segunda-feira, 8 de maio de 2017

Emmanuel Macron : l'étrange victoire

Les enjeux qui pèsent sur cette élection et désormais sur les épaules du président Emmanuel Macron donnent à sa victoire un goût d'inachevé. Pour lui, les ennuis commencent maintenant.


Anita Hausser

Avec 65,68% des suffrages exprimés , la victoire d'Emmanuel Macron est "magnifique", selon le terme de François Bayrou. Le plus jeune Président de la République que la France ait se soit jamais donné, réalise un score sans appel, supérieur de quelques points aux prévisions des derniers sondages de la fin de semaine. De quoi offrir un moment de grâce au terme d'une campagne électorale chaotique, ponctuée par un débat d'entre deux tours d'une violence jamais inégalée? Inutile de rêver, c'est impossible, car la proximité des législatives n'autorise aucun répit au combat électoral, les propos des intervenants sur les plateaux de télévision l'ont montré

Mais surtout ce chiffre mirobolant est celui d'une victoire par défaut ; il résulte du refus d'une majorité de Français de porter la candidate du Front National au pouvoir, bien plus que de leur adhésion au projet du candidat d'En Marche. Ce n'est pas illogique: le nouveau Président n'a lancé son mouvement politique il y a seulement un an et son affichage "ni droite ni gauche" a bousculé les schémas de la vie politique française. Parce qu'il venait ébranler ces schémas, les Républicains ont mis toute leur énergie pour le cataloguer à Gauche et de leur coté, les sympathisant de la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon, de concert avec le Front National, l'ont dépeint avec application ,-parfois jusqu'à la caricature, en ennemi du peuple, candidat de la Finance, donc forcément de Droite. Pour le deuxième tour une partie des électeurs de François Fillon et de Jean-Luc Mélenchon ont d'ailleurs préféré voter pour Marine Le Pen ou s'abstenir ,ou encore voter blanc comme le demandaient Jean-Luc Mélenchon et l'aile dure de LR.

Le soutien affiché de François Hollande entre les deux tours, les ralliements de ministres du gouvernement Cazeneuve et de nombreux députés socialistes qui sollicitent le soutien d'En Marche pour leur réélection, font à l'heure à l'heure actuelle pencher la balance vers la gauche, car aucune personnalité de droite d'envergure ne s'est engagée aux cotés d'Emmanuel Macron.

Et François Bayrou se revendique farouchement au centre, lequel est lui-même divisé. Ces classements pourraient bien voler en éclat si Emmanuel Macron parvient à imprimer une dynamique à son élection. Et c'est bien ce que redoutent tous les battus .Dimanche soir, le nouvel élu ne s'était pas encore exprimé que ses adversaires d'hier et de demain lui promettaient des lendemains difficiles ,et prophétisaient leur revanche aux législatives dans six semaines, comme s'ils cherchaient à se rassurer après leur propre échec. Jean-Luc Mélenchon, qui appelle ses électeurs " à ne rien lâcher", se verrait bien incarner l'opposition de gauche (-il est vrai que le PS ne voit même pas crédité de 10%des voix aux législatives) . Valérie Pécresse décrètait qu' "Emmanuel Macron n'a pas l'audace pour changer le pays" et François Baroin pour sa part menaçait d'exclusion tous ceux qui pourraient être tentés par un rapprochement avec le nouveau président. Bruno Le Maire pourrait franchir le pas au nom de " la logique d'intérêt général" qui doit ,selon lui, primer sur "la logique partisane". Il n'est pas le seul .Lorsque Laurent Wauquiez a déclaré " Hormis les professionnels de la soupe, il y aura peu de défections", avait-il à l'esprit que la projection des résultats sur les circonscriptions donnait Marine Le Pen en tête dans 216 et Emmanuel Macron dans 240 circonscriptions sur 577...

Le vote ne correspond jamais à ces projections mais elles constituent un indicateur. C'est dire que ça va de nouveau secouer au Bureau Politique du Parti, avant la présentation du "projet", (-qui devrait reprendre les propositions de Nicolas Sarkozy de baisser l'impôt sur le revenu ,alors que les propositions d'Emmanuel Macron pour augmenter le pouvoir d'achat apparaissent beaucoup plus compliquées). Tous ces débats semblent un peu décalés voire prématurés car aujourd'hui on s'interroge avant tout sur le gouvernement qu'entend former Emmanuel Macron. Avec quel premier Ministre ? S'en tiendra-t-il a un gouvernement restreint comme il l'a promis? Et surtout, QUI seront les candidats d'En Marche aux Législatives? des femmes et des hommes nouveaux, issus de la société civile mais sans expérience politique? Ou des députés sortants PS, Centristes voire LR qui ont décidé de travailler avec le nouveau président ? Au final, restera-t-il "un espace politique entre le centrisme de Macron et la France insoumise", comme l'espère l'ancienne ministre Dominique Bertinotti? C'est toute l'inconnue des semaines à venir; c'est , le pari d'Emmanuel Macron, qui veut transformer le pays et redonner "confiance", et à l'inverse celui de ses opposants de l'en priver. 
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). Atlantico, 8-5-2017

Nenhum comentário:

Postar um comentário

Por favor, evite o anonimato! Mesmo que opte pelo botãozinho "Anônimo", escreva o seu nome no final do seu comentário.
Não use CAIXA ALTA, (Não grite!), isto é, não escreva tudo em maiúsculas, escreva normalmente.
Obrigado pela sua participação!
Volte sempre!
Abraços./-