segunda-feira, 14 de janeiro de 2019

Si les Français étaient suisses…

Lors de votations, nos voisins helvètes se sont prononcés contre le revenu universel ou le salaire minimum. On imagine la réponse chez nous !

Pierre-Antoine Delhommais


Il convient d’abord de dire ici un grand merci aux gilets jaunes, grâce à qui les repas de Noël ont échappé à l’ennui qui trop souvent les guette, grâce à qui la soirée du réveillon a été animée par des débats enflammés sur la justice fiscale et le pouvoir d’achat, grâce à qui le foie gras et le saumon fumé se sont retrouvés joliment accompagnés de discussions passionnées sur la hausse du smic et le rétablissement de l’ISF. Passionnées, voire houleuses, entre les cousins de Parissignataires enthousiastes de la pétition dénonçant l’inaction de l’Etat dans la lutte contre le réchauffement climatique et l’oncle de Poitiers, signataire non moins enthousiaste de la pétition s’opposant au relèvement de la taxe carbone sur les carburants : la crise des gilets jaunes a fait apparaître des fractures familiales tout aussi profondes que les fractures territoriales et sociales. 

Creusement des déficits. 

La dégustation de la bûche glacée a également pu offrir un moment propice pour aborder le sujet presque aussi incontournable, cette année, que le coulis de framboise : le référendum d’initiative citoyenne. La fin de repas aidant, les bons vins aussi, l’idée d’un RIC appliqué aux questions économiques a, dans un premier temps, il faut bien l’avouer, de quoi séduire. A observer notre taux de chômage trois fois plus élevé qu’en Allemagne, notre dette publique sur le point de dépasser 100 % du PIB, nos emplois industriels qui continuent à disparaître, nos déficits budgétaires et commerciaux qui ne cessent de se creuser, on se dit que la France se porterait nécessairement mieux si le « peuple » avait été plus souvent consulté et plus étroitement associé, depuis des décennies, à la conduite de la politique économique. On se le dit plus encore lorsqu’on observe que la Suisse voisine, à l’économie incroyablement florissante, a régulièrement recours à la pratique de votations sur de grands sujets économiques.

Ce serait toutefois oublier un peu vite le résultat de quelques-uns de ces référendums organisés dans ce pays dont les gilets jaunes vantent volontiers le fonctionnement éminemment démocratique. Les Suisses ont ainsi par exemple rejeté massivement (à 76,9 %) la création d’un « revenu de base inconditionnel », attribué à tous les citoyens, salariés ou sans emploi, revenu universel qui compte en France de très nombreux partisans. Ils avaient précédemment refusé de porter leurs congés payés de quatre à six semaines, craignant qu’une telle mesure ne pénalise gravement la compétitivité de leurs entreprises. Ils ont aussi voté à une écrasante majorité contre l’initiative « Pour des salaires équitables » lancée par la Jeunesse socialiste suisse, qui proposait de limiter les salaires des patrons à douze fois le salaire le plus bas de l’entreprise. Ils se sont enfin, aux trois quarts, prononcés contre l’instauration d’un salaire minimum (22 francs suisses l’heure) à l’échelle nationale, craignant là encore qu’une telle mesure ne renchérisse le coût du travail non qualifié et ne mette en danger la formidable puissance exportatrice du pays. 

Hausse du smic à 2 000 euros. 
Tout cela laisse évidemment songeur. Il y a fort à parier qu’aux mêmes questions les Français auraient apporté des réponses très différentes. Il est même permis d’imaginer, au vu de quelques-unes des revendications des gilets jaunes et du large soutien dont ces derniers bénéficient dans l’opinion publique, le résultat de quelques RIC économiques qui pourraient être organisés en France : renationalisation des sociétés d’autoroutes mais aussi du secteur bancaire, instauration de la semaine de 32 heures, hausse immédiate du smic à 2 000 euros, doublement du montant des APL, rétablissement, cela va de soi, de l’ISF, mais aussi création d’une tranche marginale d’imposition sur le revenu à 90 % et peut-être même – tout est désormais envisageable – condamnation à de la prison ferme pour tout citoyen devenant millionnaire. Il n’est pas tout à fait exclu non plus qu’une majorité de Français se prononceraient en faveur du non-remboursement, auprès de nos créanciers étrangers, de la dette publique, considérée par plusieurs leaders du mouvement comme parfaitement illégitime.

Les Français ne sont pas les Suisses. Viscéralement antilibéraux, effrayés par la concurrence et la mondialisation, indécrottablement socialistes dans l’âme, convaincus que l’Etat peut tout et leur doit tout, mus enfin par cette passion de l’égalité qui leur tient lieu de culture économique, les Français se contrefichent éperdument, dans leur immense majorité, des déficits budgétaires, du solde de la balance commerciale, de la compétitivité des entreprises ou de l’attractivité du pays auprès des investisseurs internationaux. Sans même parler de la dette publique, à propos de laquelle on attend toujours qu’une pétition citoyenne soit lancée pour dénoncer le rôle de l’Etat dans son envolée, pourtant synonyme de pertes de pouvoir d’achat catastrophiques pour les générations futures. Alors, vivement les RIC et vivement la faillite.
Titre et Texte: Pierre-Antoine Delhommais, Le Point, nº 2418, 3-1-2019

Nenhum comentário:

Postar um comentário

Não aceitamos comentários "anônimos".

Não use CAIXA ALTA, (Não grite!), isto é, não escreva tudo em maiúsculas, escreva normalmente. Obrigado pela sua participação!
Volte sempre!
Abraços./-