terça-feira, 30 de julho de 2019

L’Occident n’est pas surgi de nulle part et il n’est pas la pire des civilizations!

L’Occident n’a nul besoin des homélies moralisatrices de societés incapables de fournir de l’eau potable...
Ibn Warraq, Why the West is Best

Face au discours de la haine de soi, les Européens doivent prendre conscience que leur histoire n’est pas une immense tache noire, car ele comporte aussi de nombreux points lumineux, dignes d’admiration. Plutôt que d’accabler leur civilisation, il convient de rappeler aux Occidentaux tout ce que l’humanité doit à leur civilisation et tout ce qu’ils doivent eux-mêmes. Car ce que l’Occident judéo-chrétien a apporté à l’humanité dépasse ce que toute autre civilisation n’a jamais su et pu apporter aux hommes, em matière de liberte personnelle, de progrès économique, social, médical, scientifique, humain, etc.

La civilisation européenne, dont est isso l’Occident, est tout à fait digne de respect, même si les Européens em douten ou pensent le contraire, par snobisme intellectuel, par ignorance, par conformisme politiquement correct ou par culpabilisation pathologique.

Aussi convient-il tout d’abord de rappeler tout ce que cette civilisation doit à ses racines spirituelles et culturelles. Contrairement à la définition désincarnée induite para la pensée politiquement correcte et la vision atlantiste-marchande, l’Occident n’est pas “neutre culturellement”. Et l’Europe, son noyau fondateur ne vien pas de “nulle part”. Loin d’être une terra nullius à conquerir, l’Occident rassemble, comme l´écrivait Paul Valéry, “tous les peuples qui ont subi au cours de l’Histoire les trois influences: [...] celle de Rome, du christianisme et de la Grèce”, précisant que l’Europe est “partout où les noms de César, de Caius, de Trajan et de Virgile, de Moïse, de saint Paul, d’Aristote, de Platon, d’Euclide, ont eu une signification et une autorité simultanées”. Aussi, “toute race ou toute terre que a été successivement romanisée, christianisée et soumise, quant à l’esprit, à la discipline des Grecs, est absolument européenne”.

Les péres fondateurs de l’Europe (Robert Schuman, Don Turzo, Alcide De Gasperi, Konrad Adenauer), soulignaient tous l’importance centrale de l’identité judéo-chrétienne et antique de l’Europe. Nier les racines spirituelles de la civilisation occidentale et de l’Europe revient à “joindre l’amnésie à l’aphasie” pour reprendre l’expression du cardinal Poupard. Carl a culture chrétienne a donné à l’Europe ses plus grands chefs-d’oeuvre, du mont Saint-Michel à la cathédrale de Chartres, et ses plus grands génies, devenus universels: Léonard de Vinci, Michel-Ange, Dante, Fra Angelico, Palestrina, Descartes, Corneille, Shakespeare, Racine, Pascal, Dostoïevski, Pasteur ou Kierkegaard.

“Nos meileurs collèges (Oxford et Cambridge) nos écoles militaires, nos maisons de retraite, notre hôtellerie, nos ladreries, orphelinats, bibliothèques, asiles de fous, nos hospices et nos hôpitaux (...), la gastronomie, le réseau routier, l’agriculture et l’agronomie (...) sont le fruit de la chrétienté” rappelle Régis Debray. [234. Régis Debray, Le Feu sacré. Fonctions du religieux, Paris, Fayard, 2003.]
Titre et Texte: Alexandre Del Valle, Le Complexe occidental, pages 326, 327 e 328.
Digitação: JP

Relacionados:

Um comentário:

  1. Lendo, do mesmo autor, "A estratégia da intimidação - do terrorismo jihadista ao islamisticamente correto". Muito bom!

    ResponderExcluir

Não aceitamos comentários "anônimos".

Não use CAIXA ALTA, (Não grite!), isto é, não escreva tudo em maiúsculas, escreva normalmente. Obrigado pela sua participação!
Volte sempre!
Abraços./-