domingo, 26 de novembro de 2017

Voile islamique à l'université: du marxisme à l’islamisme, ne pas rééditer aujourd’hui les erreurs d’hier


La peur de paraître « islamophobe » paralyse le corps professoral comme jadis l’accusation d’anticommunisme le paralysait face à des thèses marxistes.

Catherine Rouvier

En l’an 2000, quand une de mes étudiantes, couverte d’un sari d’un vert brillant, vint me demander si sa tenue traditionnelle me dérangeait, je lui assurai que non. J’étais heureuse que l’université méritât bien son nom. Des cours en amphi offerts à tous, tous les âges, tous les pays.

En 2013, pourtant, un professeur à Sciences Po Aix se plaignit officiellement du prosélytisme d’une étudiante voilée musulmane qui perturbait ses cours. Depuis, les plaintes se sont multipliées. La récente tribune de Céline Pina, dans Le Point, « contre l’entrisme islamiste à l’université » à propos de l’invitation de Houria Bouteldja à l’université de Limoges relance le débat.

Cet entrisme existe bien, et pas seulement dans « les cursus liés aux discriminations et à la diversité » mais aussi en troisième cycle de cursus plus classiques. Il prend sa source dans un paradoxe : habituellement soucieux de ne pas « discriminer » sur autre chose que sur des critères scientifiques, les membres des jurys de thèse en sont venus à considérer souvent que lorsque les « thésards » étaient d’un autre pays, d’une autre culture, si leur travail était inféodé à une idéologie ou une dictature, on pouvait fermer les yeux. C’est ainsi que des thèses défendant l’union indéfectible du politique et du religieux, du droit et de la charia ou « dé-coloniales » avant l’heure étaient soutenues…

Et à chaque fois se déroulait le rituel bien huilé d’un jury qui émettait sur les points les plus contestables des critiques argumentées, mais qui ne sanctionnait le manquement évident à l’objectivité qu’en évitant autant que possible la mention « très bien ».

Sans doute faut-il cesser cette indulgence coupable dans un contexte où les victimes expiatoires des crimes supposés de leurs ancêtres dans certains cas, de leur seule europeanité dans l’autre, se comptent désormais par centaines en France. De plus, ce qui pouvait être perçu comme un coup de pouce sans conséquence donné à des étrangers venus faire leurs études en France ne l’est plus lorsque les candidats sont originaires de ces pays mais français. Demain, ils seront ici attachés d’études et de recherche, maîtres de conférences et professeurs d’université.

Entre l’endoctrinement marxiste d’hier et l’actuel prosélytisme islamiste, il y a eu une période faste où la science semblait en voie de triompher de tout totalitarisme partisan ou religieux. Il faut donc soutenir la supplique de Cécile Pina contre toute consécration universitaire apportée à l’idéologie qui « contient en germe la mort des libertés réelles » car elle « pare de l’aura de l’intellectuel engagé celui qui trahit pourtant l’éthique scientifique ».

Le livre Soumission, de Houellebecq, fustige précisément celle des universitaires face à l’islam radical. De fait, la peur de paraître « islamophobe » paralyse le corps professoral comme jadis l’accusation d’anticommunisme le paralysait face à des thèses marxistes.
Ne retombons pas dans les erreurs d’hier.
Catherine Rouvier, Boulevard Voltaire, 26-11-2017

Relacionados:

Nenhum comentário:

Postar um comentário

Por favor, evite o anonimato! Mesmo que opte pelo botãozinho "Anônimo", escreva o seu nome no final do seu comentário.
Não use CAIXA ALTA, (Não grite!), isto é, não escreva tudo em maiúsculas, escreva normalmente.
Obrigado pela sua participação!
Volte sempre!
Abraços./-