domingo, 26 de janeiro de 2020

[Livros & Leituras] Déni français: notre histoire secrète des liens franco-arabes

“La guerre d'Algérie n'est pas finie. Elle se poursuit de façon discrète sur le territoire français. Mais le plus préoccupant, c'est que ce conflit larvé se déroule avec la complicité ou le silence embarrassé de nos élites hexagonales.

Les dirigeants français font tout pour éviter de poser les questions qui fâchent, qu'il s'agisse de notre politique arabe en ruines, ou des contours d'une nouvelle société musulmane transférée en quelques décennies sur le sol français avec ses millions de croyants (et d'athées).

Les adeptes de la déconstruction ont voulu présenter la présenter comme un fantasme, ignorant ou refusant de penser que l'Islam, au sens de civilisation, est un tout culturel, social, politique et religieux qui va façonner une partie du destin français dans les prochaines années. Or, la donne a changé en 2001 avec l'irruption du djihadisme terroriste en Occident. Il a bien fallu cette fois ouvrir les yeux, ce qui n'empêche pas le déni français de perdurer.

Ce sont les secrets qui entourent notre relation avec le monde arabe que dévoile Pierre Vermeren, l'un des meilleurs historiens actuels de l'Afrique du Nord.”


“Rares sont les ouvrages qui abordent la question de l’Islam em France sous l’angle des relations avec le monde árabe, notamment les États du Maghreb. Tel est le principal mérite de l’historien Pierre Vermeren qui dans Déni Français livre une somme extrêmement documentée sur les liens inextricables qui unissent les deux rives de la Méditerranée par-delá la guerre d’Algérie, traumatisme mémoriel jamais digéré para la France et qui reste l’objet d’um déni dont les conséquences sont lourdes.

Em effet, à force de vouloir enfouir les blessures non cicatrisées de la guerre d’Algérie, on s’est mentalement éloigné de la rive sud de la Méditerranée au point de ne plus comprendre l’évolution politique du Maghreb et de se retrouver supris para la vague des “printemps árabes” em 2011.

Idem em ce qui concerne la Syrie où l’auteur critique, à juste titre, le fiasco de la dilpomatie française – droite et gauche confondues.

Enfin, le déni est patente concernant la dimension religieuse des faits et gestes du monde arabo-musulman, qu’il s’agisse de la guerre d’Algérie – où le djihad était le soubassement religieux de la revolte contre la France – ou du terrorisme de Daech dont la dimension religieuse a solvente été occultée au profit d’explications psychologisantes sur le profil des “déséquilibrés”.

“La belle, riche et naïve Europe a quelque chose de la mythique Agapia, havre de paix et amour où le mal n’existe pas parce que tout simplement il est nié” conclut Pierre Vermeren em citant Boualem Sansal, l’um des rares qui soit lucide sur la nature du péril islamiste. Il faut du courage pour tenir de tels propos et Pierre Vermeren n’en manque pas. Son ouvrage fera date.
Benoît Dumoulin, L’Incorrect, nº 27, Janvier 2020


Anteriores:

Nenhum comentário:

Postar um comentário

Não aceitamos/não publicamos comentários anônimos.

Não use CAIXA ALTA, (Não grite!), isto é, não escreva tudo em maiúsculas, escreva normalmente. Obrigado pela sua participação!
Volte sempre!
Abraços./-