segunda-feira, 26 de novembro de 2018

Appel urgent pour la liberté d'expression en France !

Boulevard Voltaire

Chère Madame, cher Monsieur,

La loi anti-Fake news qu'Emmanuel Macron tenait tant à faire passer vient d'être votée.

La France entre dans l'ère de la censure institutionnalisée.

Et quand on voit ce qui se passe dans les médias institutionnels, on tremble pour la liberté d'expression en France.

Regardez la purge qu'ils ont opérée dernièrement :

... Exit l'animateur Frédéric Taddeï, débarqué de France 2. Il était dans le collimateur depuis un moment pour oser inviter des intervenants de tous bords, y compris ceux jugés "sulfureux" ou “infréquentables”. Le voilà réfugié sur RT, une chaîne étrangère, dans une nouvelle émission, “Interdit d’interdire”. Tout un symbole !

... Exit le philosophe Michel Onfray, éjecté de France Culture. Sa parole est décidément trop anticonformiste. Ses cours à l’université de Caen ne seront donc plus retransmis.

... Exit le journaliste Eric Zemmour, censuré par France télévision. Cette fois, pour crime de lèse-prénom des enfants d’immigrés.

Qui sera le prochain sur la liste ?

Car la meute bien-pensante est toujours à l’affût.

Pour tous ceux qui voudraient s'écarter du discours politiquement correct, le message est extrêmement clair : c’est l’autocensure ou la purge.

L’objectif ? Contrôler l’info donnée aux Français, bien sûr.

Mais surtout, annihiler tout esprit critique, toute réflexion des citoyens sur les sujets essentiels.

C’est grave !

C’est pourquoi l’action de Boulevard Voltaire est si importante.

Aujourd’hui, seul un média libre et indépendant, tel que le nôtre, peut résister à cette doxa médiatique qui contamine notre société.

Aussi, nous espérons de tout cœur que vous répondrez à notre “Appel urgent pour la liberté d’expression en France“ en aidant Boulevard Voltaire à ré-informer les Français.

Car, au-delà de la liberté d'expression et d'opinion, chaque jour un peu plus réduite, les Français sont privés d'accès à une information et à des analyses pertinentes sur les problèmes auxquels notre pays est confronté.

Regardez le beau consensus médiatique auquel on assiste sur des sujets qui, pourtant, devraient être l'occasion de joutes enflammées, aux options philosophiques radicalement opposées.

Gilets jaunes : que de commentaires de journalistes méprisants, les accusant de "beaufitude" ou de "racisme" ! C'est vraiment la France des avenues contre la France des ronds-points...

Insécurité : la réforme pénale annoncée par Emmanuel Macron annule, de facto, toutes les peines inférieures à six mois. Elles seront appliquées sans passer par la case prison !

Concert d'applaudissements dans les médias, saluant cette justice "plus humaine". Pour les délinquants, sûrement.

Mais particulièrement inhumaine pour tous les honnêtes citoyens condamnés à vivre dans des quartiers où règnent insécurité, vandalisme et peur à tous les coins de rue.

Islamisation et communautarisme : "Aujourd’hui on vit côte à côte... Je crains que demain on vive face à face". Voilà le terrible aveu que le ministre de l'Intérieur démissionnaire Gérard Collomb a fait.

Là, le consensus médiatique consiste à éviter scrupuleusement, et ce depuis des années, de parler du problème. Un fait dont on ne parle pas n'existe pas...

Destruction du modèle familial père-mère : après leur croisade pour le mariage homosexuel (déjà voté), puis pour la PMA des couples de lesbiennes (bientôt votée), les médias font maintenant carrément du prosélytisme pour la GPA, c'est-à-dire la gestation pour couple d'homosexuels à ce jour illégale en France.

On ne compte plus le nombre de recensions du livre de Marc-Olivier Fogiel contant son bonheur d'être père de deux filles nées de GPA.

Purge des journalistes ou intellectuels qui dérangent...

Autocensure de tous ceux qui veulent garder leur travail...

Pilonnage médiatique sur les sujets que des journalistes dégoulinants de bons sentiments et de bien-pensance, veulent promouvoir...

... Voilà comment les médias subventionnés, en France, empêchent tout débat de fond sur les sujets importants.

Et, bien plus grave, voilà comment les médias empêchent l’émergence de solutions politiques adaptées.

C’est pour ça qu’à Boulevard Voltaire, nous devons, plus que jamais, décupler notre travail de ré-information.

Nous devons réussir à diffuser encore plus largement nos articles et nos analyses qui sont la seule alternative à la récitation docile que servent aux Français les "grands" médias.

C’est la seule façon de relancer un vrai débat démocratique pour la mise en œuvre de mesures efficaces contre les problèmes qui gangrènent notre pays.

Alors oui ! Nous avons un défi titanesque à relever ! Mais avec vous à nos côtés, nous pouvons y arriver !

C’est pourquoi nous vous demandons de soutenir notre “Appel urgent pour la liberté d’expression en France” par un don à Boulevard Voltaire en cliquant ici :


Vous savez à quel point l’accès à une information pertinente et non censurée est essentiel.

Parce que ce n'est que bien informés, en étant capables de confronter ses idées à des points de vue différents que l’on peut forger une réflexion intelligente et objective, et répondre aux problèmes de notre société.

S’il vous plait, aidez-nous à ouvrir les yeux des Français avant qu’il soit trop tard.

Car en défendant, ensemble, aujourd’hui, la liberté d’expression, ce sont tous les débats sur les futures politiques publiques et l’avenir de notre pays qui sont en jeu.

Boulevard Voltaire compte sur vous. Et vous remercie très sincèrement de l’aide la plus généreuse possible que vous pourrez nous apporter.
L'équipe de Boulevard Voltaire

Um comentário:

  1. Jim, o Francês é um idioma muito legal, talvez se vivesse lá por um período saberia um pouco mais, não tanto quanto Vc. Creio que qualquer tipo de censura não é bem vinda, isto não é bom! Abs.

    ResponderExcluir

Por favor, evite o anonimato! Mesmo que opte pelo botãozinho "Anônimo", escreva o seu nome no final do seu comentário.
Não use CAIXA ALTA, (Não grite!), isto é, não escreva tudo em maiúsculas, escreva normalmente.
Obrigado pela sua participação!
Volte sempre!
Abraços./-