sexta-feira, 15 de outubro de 2021

[Dossiê : A Democracia] Refonder la démocratie

Le suffrage universel direct est une abstraction mathématique. Attribuant une voix égale à chacun dans le secret de l’isoloir, il semble considérer la société comme un ensemble d’individus totalement rationnels et indépendants les uns des autres, de sorte qu’ils pourraient, tels des anges, décider du bien commun de la société sans être pollués par des influences extérieures.

Benoît Dumoulin

Cette société, naturellement, relève d’une vue de l’esprit tant les hommes sont reliés entre eux, et parfois malgré eux, par une alchimie subtile de relations organiques qui constitue précisément le corps social avec sa part irrationnelle de représentations mentales, de croyances ou de préjugés. Ainsi, l’élection est avant tout un moment communautaire où le peuple se rechoisit et se retrempe dans sa volonté de vivre-ensemble. Comme le souligne Pierre Manent dans son Cours familier de philosophie politique: « La démocratie, c’est la volontarisation de toutes les relations et de tous les liens » dans une forme d’auto[1]engendrement permanent.

Mais pour que cet exercice soit fécond, il suppose le respect d’un certain nombre de prérequis sans lesquels toute élection reste vaine voire débouche sur la pire forme de totalitarisme qu’il soit. Ces conditions, qui concernent la structure même du peuple, sont au nombre de trois: le peuple doit être homogène culturellement; il doit être à taille humaine ; ses citoyens doivent bénéficier d’un certain niveau d’éducation. 

On sait qu’il existe plusieurs acceptions du terme peuple. C’est d’abord l’ethnos, c’est-à-dire le peuple pris dans son homogénéité culturelle, son identité de mœurs et ses croyances communes, ce qui fait sa cohésion interne et sa solidité organique. Un tel peuple existe de moins en moins en France sous l’effet de l’immigration de masse et du communautarisme. On voit aussi qu’il n’a jamais vraiment existé dans certains pays d’Afrique fonctionnant sur un mode tribal: quand une tribu majoritaire parvient au pouvoir, elle tyrannise celles qui sont minoritaires avec qui elle ne partage rien en commun, si bien que l’instauration de la démocratie dans les années soixante a pu déboucher sur le chaos (par exemple au Rwanda).

Le peuple est ensuite le demos, le peuple pris dans son sens politique comme l’ensemble des citoyens appelés aux urnes. Ce demos doit être à taille humaine si l’on veut que les hommes puissent voter sur des sujets qui les concernent et sur lesquels ils peuvent avoir prise dans leur vie quotidienne. Dans le cas inverse, l’éloignement du centre de décision et le gigantisme de la structure politique appellent une modélisation qui relève souvent de l’idéologie, comme le montre Olivier Rey dans Une Question de taille (Stock, 2014). De fait, à l’inverse des scrutins nationaux, les élections locales paraissent moins déconnectées des réalités concrètes de la vie citoyenne.

Enfin, le peuple s’entend de la plebs, c’est-à-dire le peuple que l’on oppose aux élites, que celles-ci soient politiques, économiques ou intellectuelles. Si l’on veut que l’exercice démocratique puisse bénéficier d’un minimum de légitimité, la plebs doit être éduquée, au sens d’une capacité à décider librement, en s’affranchissant des modes et des idées reçues. Le déracinement culturel du peuple français vient malheureusement le rendre aujourd’hui beaucoup plus perméable aux manipulations de tout genre, son niveau d’éducation ne lui permettant que rarement de se positionner en toute connaissance de cause sur des enjeux de plus en plus complexes.

Faut-il pour autant renoncer à la démocratie mais par quoi la remplacerait-on ? Il paraît plus réaliste de vouloir la refonder dans ses profondeurs, sur ce que le cardinal Joseph Ratzinger nommait ses « fondements prépolitiques », c’est[1]à-dire la capacité du peuple à saisir le réel, à l’analyser et à se mouvoir vers lui en toute liberté. C’est à cette ultime condition que la démocratie peut être viable.

Titre et Texte : Benoît Dumoulin, L’Incorrect, nº 46, octobre 2021

Anteriores: 
[Dossiê: A Democracia] O que é democracia? 
[Dossiê: A Democracia] Apresentação e Convite 

Nenhum comentário:

Postar um comentário

Não aceitamos/não publicamos comentários anônimos.

Se optar por "Anônimo", escreva o seu nome no final do comentário.

Não use CAIXA ALTA, (Não grite!), isto é, não escreva tudo em maiúsculas, escreva normalmente. Obrigado pela sua participação!
Volte sempre!
Abraços./-