sexta-feira, 8 de abril de 2022

Guerre Russie-Ukraine : Dans les médias chinois, les États-Unis sont le seul coupable

La Chine se présente comme une partie neutre dans la guerre en Ukraine, mais le message qu'elle communique à son public national raconte une histoire différente.

Jean-Patrick Grumberg

L'agence de presse d'État Xinhua qualifie la guerre d'"opération militaire spéciale" et de "crise russo-ukrainienne", mais ne la qualifie jamais "d'invasion". Les médias d'État ont tous repris la théorie du complot russe selon laquelle les États-Unis financent le développement d'armes biologiques en Ukraine, notamment des oiseaux migrateurs qui pourraient propager des virus aviaires en Russie. Et tous les complotistes occidentaux ont plongé, manipulés une fois de plus par les fermes à trolls russes.

La façon dont la guerre a été présentée dans les médias d'État chinois est évidemment le reflet de la position du gouvernement : il n'y a pas de presse libre, un peu comme en France, mais à un degré total. En France, il existe une poignée de journalistes de droite dans l'océan des socialistes, islamo-gauchistes et communistes de l'audiovisuel d'Etat, et s'ils s'expriment librement, ils terminent au placard. En Chine, ils terminent en prison, ou pire.

La Chine n'a pas condamné la Russie pour l'invasion d'un pays souverain avec lequel elle entretient des liens économiques étroits, mais a évoqué des "préoccupations légitimes en matière de sécurité" qui doivent être discutées par "toutes les parties". Belles périphrases. Et si la découverte, ces derniers jours, de civils qui auraient été tués par les troupes russes à Bucha a suscité l'indignation de l'Occident, la couverture médiatique de la Chine a été au mieux brève, malgré un récent et subtil changement de ton alors que, paradoxalement, des indices font peser un gros doute sur la réalité de cette tragique affaire.

Globalement, depuis le début des hostilités, un thème est resté constant dans les médias chinois : les États-Unis sont les méchants et les seuls coupables de cette guerre. Les poutinistes qui se retrouvent en harmonie avec les communistes, je trouve cela délicieux. Les anti-américains primaires, cela ne me surprend pas, ce sont, comme le nom l'indique, des primaires, des primitifs, des primates restés à l'âge de la pierre à cracher sur l'Amérique au moyen de sa technologie, un peu comme les boycotteurs d'Israël qui se servent de la technologie mobile israélienne pour dire de boycotter tout ce que produit Israël. Ah, je ne cesse de m'en délecter. Bref.

Les relations entre la Chine et la Russie font l'objet d'un examen encore plus attentif depuis que les deux pays ont déclaré un partenariat "sans limites" début février. Il est évident que la Chine rêve de supplanter l'Amérique à la conduite du monde, et que les idiots utiles ne comprennent pas le malheur qui s'abattrait sur eux si cela se produit un jour.

"Nous devons comprendre que l'information fait partie de ce partenariat", a déclaré David Bandurski, codirecteur du China Media Project, qui a noté qu'il existe une longue tradition de coopération entre les médias d'État chinois et les agences russes telles que Sputnik et Russia Today. Au fil du conflit, les médias d'État chinois ont donc prêté leurs plates-formes pour amplifier la propagande russe.

Les médias d'État citent les responsables du Kremlin et les médias d'État russes comme sources d'information fiables et reçoivent régulièrement des directives de l'État qui guident leurs reportages, selon le China Digital Times, un site d'information bilingue basé aux États-Unis.

Les États-Unis dépeints comme les instigateurs

De même, les quelques journalistes chinois qui couvrent la situation sur le terrain ont eu tendance à répéter comme un perroquet les lignes d'information demandées par la Russie.

·         Lu Yuguang, l'un des rares journalistes étrangers intégrés à l'armée russe, correspondant à Moscou de la chaîne de télévision publique Phoenix News, a interviewé des soldats russes et le chef séparatiste Denis Pushilin. Lu a également fait un reportage dans la ville assiégée de Mariupol, où il a été blessé par des bombardements.

·         Selon Rose Luqiu, ancienne rédactrice en chef du journal et aujourd'hui professeur associé à l'Université baptiste de Hong Kong, M. Lu a probablement fait jouer ses relations personnelles pour obtenir un accès exclusif, étant donné sa longue histoire avec l'armée russe. "Je ne le décrirais pas comme un journaliste professionnel", a-t-elle ajouté. Ce qu'elle veut dire, c'est qu'il est journaliste comme on est journaliste aujourd'hui : à la botte de l'Etat et des islamo-gauchistes, et non une cinquième colonne et un contre-pouvoir.

Un autre thème dominant de la couverture médiatique étatique chinoise est la représentation des États-Unis comme l'instigateur du conflit, qui fait partie d'un récit plus large colporté par les diplomates chinois et la machine de propagande du gouvernement.

"C'est l'un des cadres les plus cohérents que nous ayons vus tout au long du processus. Et les dirigeants centraux chinois ont vraiment montré qu'ils se consacrent à la campagne de désinformation", a déclaré Bandurski. "C'est une guerre de l'information par procuration que la Chine mène ici. À long terme, il s'agit de saper la crédibilité des États-Unis et du système international dirigé par les États-Unis."

Wu Min Hsuan, expert en désinformation du gouvernement chinois, partage cet avis.

"Ils utilisent cette crise comme l'occasion parfaite de renforcer leur récit de longue date à l'intérieur de la Chine, en attaquant les États-Unis et l'OTAN", a déclaré le cofondateur du Doublethink Lab, basé à Taïwan.

Le tabloïd d'État Global Times, par exemple, a créé le hashtag #UkraineCrisisInstigator pour décrire les États-Unis et l'OTAN, et a accusé Washington d'être le véritable agresseur agissant dans l'ombre.

J'ai, dès le début du conflit, annoncé qu'il ne se passerait pas longtemps avant que la Chine ne se propose comme médiateur entre les deux pays et tente de rétablir la paix. C'est l'occasion rêvée par les communistes pour élever leur statut de puissance diplomatique internationale qu'ils n'ont pas.

Cette couverture biaisée a contribué à alimenter un discours public national largement pro-russe.

"Une opinion courante est que, même si la guerre est mauvaise, nous devons soutenir la Russie dans cette bataille pour défendre les intérêts de la Chine. Parce que sans la Russie, la Chine sera la prochaine cible", a déclaré à Al Jazeera Hu Qingxin, un vétéran des médias basé à Hong Kong.

Une telle opinion ne s'est pas formée en un jour mais a été inculquée au fil du temps, a-t-elle souligné.

"Les médias d'État alimentent la désinformation, mais le sentiment public a toujours été là. Les gens vénèrent Poutine, parce qu'il est aligné sur Xi Jinping. Ils partagent la même image d'homme fort et le même style de gouvernance", a déclaré Mme Hu, qui a admis avoir été choquée par certains des commentaires radicaux qu'elle a vus en ligne, notamment ceux qui encourageaient la guerre et proposaient d'accueillir des Ukrainiens.

En revanche, de nombreux internautes chinois se sont moqués du président ukrainien, Volodymyr Zelenskyy, pour sa formation d'acteur et son prétendu manque de sagesse politique.

Le Quotidien du Peuple, le porte-voix du Parti communiste, ne l'a pas mentionné une seule fois malgré ses discours nocturnes au peuple ukrainien et ses interventions régulières devant les parlements occidentaux, tandis que certains médias affiliés à l'État ont relayé des rumeurs selon lesquelles il aurait fui Kiev pour sa sécurité.

Lorsque les médias d'État citent Zelenskyy, c'est lorsqu'il a critiqué l'Occident.

"Ils disent à leur propre peuple que les médias, le gouvernement et les organisations occidentaux ne sont pas dignes de confiance [JPG ce qui est vrai dans une large mesure, mais n'a pas les conséquences tragiques d'une dictature communiste]. Ceux qui leur font confiance connaîtront le même sort que l'Ukraine", a ajouté Wu du Doublethink Lab.

Le défi de la vérification des faits

La Chine possède l'un des environnements médiatiques les plus restrictifs au monde et est dominée par des médias soutenus par l'État. C'est la raison pour laquelle le monde a été infecté par le coronavirus chinois : les médias ont été contraint de cacher la pandémie au lieu d'alerter le monde et de prendre des mesures de précaution.

L'internet et les plateformes de médias sociaux sont non seulement surveillés par un vaste appareil de censure qui supprime toute information jugée sensible, l'utilisation d'un VPN est illégale, mais toute infraction est sévèrement punie : direct la prison, ou pire. Si le gouvernement chinois exerce ainsi un contrôle important sur les informations auxquelles ses habitants peuvent avoir accès et qu'ils peuvent consommer - comme en occident me direz-vous avec raison - cela ne signifie pas pour autant que sa population s'aligne toujours. Mais elle se tait.

Wei Xing, un journaliste qui a fondé China Fact Check, affirme que leur travail a suscité un intérêt sans précédent depuis le début du conflit.

"Cela montre que le public chinois est de plus en plus conscient de la désinformation et de la nécessité de vérifier ce qu'il voit et lit sur Internet", a déclaré Wei.

Tout d'abord, étant donné que le groupe est basé en Chine, il doit se conformer aux règles qui régissent la diffusion de l'information.

"Si le résultat de la vérification des faits va à l'encontre de la position du gouvernement, vous franchissez la ligne rouge. Nous devons également être prudents lorsqu'il s'agit de Poutine et ne pas le vilipender de quelque manière que ce soit", a déclaré Wei. "C'est regrettable, mais nous nous sommes autocensurés", a-t-il admis.

Idem aux Etats-Unis, où tous les propos non conformes sont interdits. Mais on ne vous jette pas en prison !

Pendant ce temps, les campagnes de désinformation deviennent également plus sophistiquées. Différentes parties font la promotion de leurs versions des événements sous le nom de vérification des faits - oui, exactement comme aux Etats-Unis et en France - même si peu d'entre-elles répondent aux normes de vérification appropriées, a noté Wei. Mon expérience est que les organes de vérification des faits ne s'intéressent qu'aux médias et journalistes de droite. Rarement à leurs confrères à gauche.

"Nous travaillons dans des conditions défavorables, mais avec chaque mythe que vous déboulonnez, il y a plus de vérité dans ce monde", a déclaré Wei. "Plus il y a de gens qui participent à ce projet, plus on peut influencer de personnes." [JPG : c'est exactement la thèse que je défends, et que j'évoquais récemment dans un article].

De même, M. Bandurski a souligné l'importance de reconnaître le travail d'une poignée de publications professionnelles, telles que Caixin, une publication commerciale financée par des fonds privés, qui vont dans des directions où les médias d'État ne vont pas, et défient la ligne du parti dans leur tentative de rendre compte du conflit avec plus de précision. Ou Dreuz, qui ne plie jamais au politiquement correct de droite. Ou de gauche. Ou de nulle part, et est détesté pour ça.

Mais alors que les sources d'information alternatives ont diminué ces dernières années, la portée des médias d'État s'est élargie, aidée par les plateformes de médias sociaux et les algorithmes qui amplifient leurs rapports, et pratiquent une censure implacable.

Par le passé, "une attaque contre la fausse liberté d'expression des États-Unis pouvait figurer dans l'éditorial du Quotidien du peuple, mais peu de gens la lisaient. C'était juste un bruit provenant des dirigeants", a déclaré Bandurski. "Maintenant, ce n'est plus le cas. C'est un contenu viral. C'est fondamentalement différent."

"La question la plus préoccupante", a-t-il ajouté, "est de savoir quel est l'impact à long terme sur les relations entre la Chine et de nombreux autres pays, car ce type de couverture des affaires étrangères est devenu si répandu et est consommé quotidiennement."

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info. 8-4-2022

Relacionados: 
Et si le massacre de Boutcha était un hoax ? Des images satellite sèment un gros doute 
Ministro diz que agressão da Rússia à Ucrânia é inadmissível 
Russie-Ukraine : la paix à l’épreuve des mensonges – JT du mardi 5 avril 2022 
Ucrania: el Ministerio de la Verdad 

Nenhum comentário:

Postar um comentário

Não aceitamos/não publicamos comentários anônimos.

Se optar por "Anônimo", escreva o seu nome no final do comentário.

Não use CAIXA ALTA, (Não grite!), isto é, não escreva tudo em maiúsculas, escreva normalmente. Obrigado pela sua participação!
Volte sempre!
Abraços./-