segunda-feira, 13 de junho de 2022

[L’édito de Valérie Toranian] Législatives : les incroyables fausses vérités d’un scrutin

Valérie Toranian

En France, on ne sait plus compter. Les commentaires à propos des résultats du premier tour des élections législatives nous le confirment. Notre démocratie ressemble parfois à la république d’Orwell où 2+2 font 5. Reprenons les éléments de langage les plus marquants de cette soirée électorale, festival de vérités alternatives.

La gauche est le grand vainqueur du scrutin

C’est le grand retour de la gauche, titre avec émotion Libération, ce qu’affirment au demeurant avec force les différents représentants de la Nupes, largement relayés par les médias et les réseaux sociaux. C’est faux. En additionnant les voix obtenues par le PS, les Verts, le PC et LFI, le résultat est à peu près identique au total des voix de ces partis au premier tour des législatives de 2017. On peut même dire que c’est le deuxième plus mauvais score de l’ensemble de la gauche sous la Ve République. En revanche c’est un triomphe pour l’extrême gauche. La France insoumise voit ses candidats soient réélus directement (Danièle Obono, Sophia Chikirou, Alexis Corbière, Sarah Legrain…), soit en ballotage, assez souvent favorable. Les projections donnent à la France insoumise une centaine de députés élus contre 17 dans la législature précédente. Un gain énorme. Les écologistes, qui avaient disparu de la précédente assemblée, pourraient avoir entre 20 et 30 élus, avec une forte percée des éléments radicaux, à l’instar de Sandrine Rousseau. La tendance Jadot n’a plus la main.

« L’extrême gauche écologiste, radicale et inclusive, sera le premier groupe d’opposition à la macronie. Pas la gauche. Mais, dans notre république orwellienne, l’extrême gauche a été rebaptisée la gauche pour mieux faire avaler la pilule. »

Les socialistes « nupisés » espèrent autour de 25 élus. Leur nombre de sièges en 2017, alliés avec les radicaux de gauche, était de 45. Olivier Faure, qui a ratifié cet accord, est très bien placé et sera vraisemblablement réélu. Le patron du Parti socialiste a gagné son plat de lentilles. À l’exception de trois circonscriptions, les 60 socialistes dissidents opposés à l’accord avec la France insoumise ont été balayés. La gauche paye son effondrement lors de la présidentielle, entamé il y a cinq ans avec le « frondeur » Benoît Hamon. Pas de changement, enfin, pour les communistes, qui auront probablement 10 sièges et pas de groupe parlementaire.

Le bilan est donc sans équivoque. C’est une large victoire pour la France insoumise et non pas pour la gauche qui, dans son ensemble, n’a pas progressé. L’extrême gauche écologiste, radicale et inclusive, sera le premier groupe d’opposition à la macronie. Pas la gauche. Mais, dans notre république orwellienne, l’extrême gauche a été rebaptisée la gauche pour mieux faire avaler la pilule. Et les médias de référence ont fait preuve d’une incroyable bienveillance envers ce tour de passe-passe. Le temps de parole de la Nupes durant la campagne en est la preuve. Jean-Luc Mélenchon est le grand gagnant de ce scrutin. Stratégie brillante (« Élisez le Premier ministre »), campagne réussie et médias complaisants. L’extrême gauche est de retour. Pas la gauche.

Le Rassemblement national n’a pas gagné

Inexact. Certes, la formation de Marine Le Pen ne sera pas le premier parti d’opposition dans l’Assemblée nouvelle, mais, sans aucune alliance, le RN a augmenté de 5,5 % son score en nombre de voix obtenues. 18,6 % contre 13,2 % en 2017. 4 248 000 voix, contre 2 990 000 pour le FN en 2017. Une prouesse largement passée sous silence tant la Nupes a polarisé le débat. Si on additionne ces chiffres à ceux de Reconquête et des divers d’extrême droite, on obtient même 5,5 millions de voix sur le plan national. Quand on sait que, sociologiquement, le Rassemblement national est le parti des classes populaires et moyennes qui travaillent et ne s’en sortent pas, et la macronie le camp des retraités, des hauts revenus et de ceux qui s’en sortent plutôt bien, on tremble à l’idée de cette fracture qui ne fait que s’amplifier. D’autant que l’abstention record, 52%, est l’expression d’un désenchantement et d’un repli sur soi, mais aussi la marque de l’antipolitique et de l’antisystème.

Les législatives collées à la présidentielle, disait-on jusqu’à présent, permettent de donner une majorité au président pour qu’il puisse mener à bien son programme

La preuve que non. C’est exact lors d’un premier mandat présidentiel. On donne sa chance au produit. Mais les Français ont voté Emmanuel Macron par défaut. Contre l’extrême droite. Le score de la Nupes et du Rassemblement national aux législatives est une façon d’infléchir leur vote. Pas de blanc-seing pour Jupiter. On ne veut pas de cinq ans de règne supplémentaire, enfermé dans une tour d’ivoire. C’est le sens de ce « désir de cohabitation » qui s’exprimait juste après l’élection présidentielle.

Une majorité relative pour Emmanuel Macron serait une bonne chose pour le parlementarisme

Cela obligerait la macronie à rechercher des alliances, à discuter, à faire des compromis, nous dit-on. Sûrement. Mais nous sommes loin du système de coalition de gouvernement comme en Allemagne ou en Italie. Il s’agira d’aller pêcher, ponctuellement, des voix à droite ou éventuellement au centre gauche (ce qu’il en reste), pour faire passer telle ou telle réforme. C’est oublier qu’à partir de la rentrée, les députés du Parlement auront presque tous une arrière-pensée en tête : l’élection de 2027. Pourquoi donner des gages à Macron ? Pourquoi l’aider ? Il va falloir se singulariser, bien au contraire. Quant à la France insoumise, probable premier parti d’opposition, son seul objectif est de s’opposer. À tout. Elle soufflera sur les braises du mécontentement et, depuis l’Assemblée, encouragera « les gens » à descendre dans la rue.

« La machine est à bout. Trop de Français sont les perdants de cette élection. »

La violence du peuple est légitime pour l’extrême gauche, habitée par le récit mythifié de la Révolution française. Les macronistes « à la lanterne » n’ont qu’à bien se tenir. Même si nous n’avons pas la majorité à l’Assemblée, nous sommes la majorité car nous sommes le peuple et nul ne pourra arrêter sa colère, expliquait en substance François Ruffin au soir du premier tour de l’élection législative : un exemple parmi d’autres de la dialectique orwellienne de la France insoumise où ce qui n’est pas vrai l’est quand même.

L’abstention, premier parti de France, fragilise la démocratie

Certes, mais depuis le temps qu’on prophétise le danger, quelles mesures a-t-on pris pour y remédier ? Le quinquennat était une fausse bonne idée. Le non-cumul des mandats devait favoriser le renouvellement démocratique, or, c’est l’inverse qui s’est produit. Les Français identifient de moins en moins leurs élus et se désintéressent donc des échéances électorales locales. Le député-maire était un élu connu, avec du pouvoir ; les électeurs s’adressaient volontiers à lui pour se faire entendre. Ce lien a été perdu. Enfin, la proportionnelle, malgré tous ses défauts, permettrait tout de même une meilleure représentation politique du pays et limiterait le sentiment d’impuissance et de frustration des électeurs. Emmanuel Macron l’avait promise avant de faire machine arrière.

Toutes ces questions ont été cent fois abordées, cent fois éludées. On a pensé que les Français resteraient à vie des électeurs sensés, capables de chasser les extrêmes lorsqu’il le faudrait. Et qu’ils accepteraient de reconduire ad vitam les « candidats de la raison ». La machine est à bout. Trop de Français sont les perdants de cette élection.

Titre et Texte: Valérie Toranian, Directrice de la Revue des Deux Mondes, lundi, 13-6-2022

Anteriores :
Crimes, mensonges et vidéos : les non-dits de la campagne 
Emmanuel Macron et Pap Ndiaye : l’acrobate et le funambule 
La guerre en Ukraine est-elle une guerre américaine ? 
Après le « ouf », la gueule de bois ? 
[L’édito de Valérie Toranian] Revirements et contorsions : le chamboule-tout de l’entre-deux-tours 
Élection présidentielle : gauche et droite, année zéro 
Cette abstention qui peut tout changer 

Nenhum comentário:

Postar um comentário

Não aceitamos/não publicamos comentários anônimos.

Se optar por "Anônimo", escreva o seu nome no final do comentário.

Não use CAIXA ALTA, (Não grite!), isto é, não escreva tudo em maiúsculas, escreva normalmente. Obrigado pela sua participação!
Volte sempre!
Abraços./-